Motocross-vintage
Rechercher :
Les visites de notre site :
Nombre de visites totales : 338545
Nombre de visiteurs en ligne : 4
Dernière connexion : 28/06/2017 à 03:45:59

ANDRE MALHERBE

  • AMAL26
  • AMAL24
  • AMAL23
  • AMAL22
  • AMAL41
  • AMAL40
  • AMAL25
  • AMAL21
  • AMAL27
  • AMAL30
  • AMAL38
  • AMAL37
  • AMAL36
  • AMAL35
  • AMAL34
  • AMAL33
  • AMAL32
  • AMAL31
  • AMAL20
  • AMAL7
  • AMAL19
  • AMAL8
  • AMAL6C
  • AMAL6B
  • AMAL7
  • AMAL5
  • AMAL6
  • AMAL2
  • AMAL
  • AMAL9
  • AMAL10
  • AMAL18
  • AMAL17
  • AMAL16
  • AMAL1
  • AMAL14
  • AMAL13
  • AMAL12
  • AMAL11
  • AMAL1

           

Discipline : MOTOCROSS  

BELGIQUE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

ANDRE MALHERBE : UNE LEGENDE - LA Vidéo ici

Véritable icône des années 80, André Malherbe a marqué à jamais de son empreinte la catégorie reine des 500. Son style impeccable, son professionnalisme avant l''heure et sa formidable combativité ont laissé dans le coeur des passionnés de motocross une image intacte. Celle d'une "star" au bon sens du terme qui - tout au long de sa carrière - n'a cessé d''offrir au public une vision valorisée du mx. Pour tous ceux qui n'ont pas connu cette époque et pour tous ceux qui en rêvent encore, retour sur la carrière de "Hollywood" à travers un document exceptionnel signé par notre confrère Belge Gérald Wéry pour la chaîne de télévision RTBF...

André Malherbe
Né le : 21 mars 1956 à Huy en Belgique.
Début en compétition : à 10 ans en 1966
Situation familiale : Marié à Sabine, une fille de 22 ans Cassandre.
Résidence : Huy, en Belgique.
Un hobby ? sortir entre amis, faire la fête avec les copains.
Une moto ? un roadster pour la ballade et une bonne machine de cross !
Une voiture ? une allemande avec un gros moteur du genre BMW M3 !
Une musique ? New wave des années 80 et Jacques Brel, Gainsbourg
Un film ? Trop dur à dire !
Un livre ? une BD plutôt. Lou Berry.
Un lieu ? Houy, mon village.
Un circuit ? Les circuits italiens durs et rapides comme Fermo.
Une victoire ? Mon premier titre mondial.
Un adversaire ? Carla. Il était dur, voir viril mais toujours d'une grande correction
Une croyance ? Ma seule croyance c'est de croire en moi-même !
Palmarès :
3 fois champion du Monde 500 cm3 en 1980, 1981 et 1984.
3 fois vice-champion du Monde 500 cm3 en 1983, 1985 et 1986
Troisième du Championnat du Monde 500 cm3 en 1979.
Troisième du Championnat du Monde 250 cm3 en 1977.
3 fois Champion du Monde par équipe au Motocross des Nations en 1977, 79 et 80.
2 victoires aux Trophée des Nations en 1977 et 1980.
Vainqueur de la Coupe FIM 125 en 1974 et 1975.
Elu « Sportif Belge de l'année » en 1984.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les années "Malherbe" 
1971 : Champion de Belgique Junior 125 sur Zundapp.
1972 : Champion de Belgique Junior 250 sur Zundapp.
1973 : Champion d'Europe 125 sur Zundapp.
1974 : Champion d'Europe 125 sur Zundapp.
1975 : 6ème du nouveau Championnat du Monde 125 sur Zundapp.
1976 : 11ème du Championnat du Monde 250 sur KTM.
1977 : 3è du Championnat du Monde 250 sur KTM derrière Moissev et Kavinov
1978 : 6ème du Championnat du Monde 500 sur KTM.
1979 : 3e du Championnat du Monde 500 sur Honda derrière Noyce et Wolsink.
1980 : Champion du Monde 500 sur Honda devant Lackey et Carlqvist.
1981 : Champion du Monde 500 sur Honda devant Lackey et Carlqvist.
1982 : Blessé. Fracture de la jambe à Carlsbad.
1983 : Vice-Champion du Monde 500 sur Honda derrière Carlqvist.
1984 : Champion du Monde 500 sur Honda devant Jobé et Thorpe.
1985 : Vice-Champion du Monde 500 sur Honda derrière Thorpe.
1986 : Vice-Champion du Monde 500 sur Honda derrière Thorpe.
1987 : Arrêt des GP et début d'une nouvelle carrière automobile en Championnat de France F3000 au sein de son propre team Sport Auto Racing.
1988 : Participation au Paris-Dakar au sein du team Yamaha Sonauto.
26 victoires en GP 500 de 1978 à 1986 sur Honda.
1 victoire en GP 250 en 1977 sur KTM.
11 victoires en Coupe FIM 125 de 1974 à 1975 sur Zundapp.
Ses adversaires : De Coster, Moissev, Wolsink, Lackey, Noyce, Vromans, Carlqvist, Hudson, H.Everts, Bruno, Rond, Jobé, Thorpe, Geboers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


ANDRE MALHERBE à fait ses débuts sur

ZUNDAPP et a été sacré 2 Fois Champion

d'Europe en 1973 et 1974

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANDRE MALHERBE au départ du Grand-Prix de

France à VILLARS en 1982 - On reconnait André

N°1 / Lackey N°6 / Vromans N°4 / Noyce N°2 / et

Jean-Jacques Bruno N°5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


VIDEO DE ANDRE MALHERBE VICTORIEUX DU

GRAND PRIX DE BELGIQUE DANS LA

CITADELLE DE NAMUR EN 1979 : ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SUPERBE DESSIN DE LA LEGENDE ANDRE

MALHERBE, AVEC UNE TOUTE AUSSI 

LEGENDAIRE SIGNATURE EN GUISE DE

DEDICACE...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            INTERVIEW REALISE PAR                        

PREMIER 111 MOTOCROSS

ANDRÉ MALHERBE EN INTERVIEW

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : André, comment vas-tu et que deviens-tu aujourd'hui.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Je vais très bien, ma santé est bonne.. Je ne suis plus du tout dans le monde de la Moto depuis très longtemps comme tu as pu le remarquer.. Je suis administrateur d'une société d'intérim ici à Liège qui a été créée il y a 20 ans avec un ami, qui est d'ailleurs mon associé..

PREMIERMOTOCROSS : Restes-tu en contact avec l'actualité du Motocross, suis-tu les championnats.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Non, les seuls contacts que j'ai avec le monde du Motocross sont par le biais de la télé.. Cette année, je suis allé 2 fois sur un circuit à Valkenswaard et Lierop.. Le seul contact que je garde c'est avec Jacky Vimond.. Je suis resté très ami avec Jacky, et à chaque fois qu'il vient en Belgique on essaye de se voir.. Je suis allé sur ces 2 courses plus par curiosité qu'autre chose..

PREMIERMOTOCROSS : Rester impliqué dans le MX comme le font Eric Geboers, Roger De Coster ou encore Mitch Payton, est-ce que ça aurait pu être ta vision des choses après ta Carrière.. ?

ANDRÉ MALHERBE : À la fin de ma carrière les choses sont allées très vite et elles étaient aussi compliquées, le fait d'avoir eu cet accident m'a fait rester 2 ans et demi à l'hôpital.. Ensuite, quand je suis resté chez moi je n'étais pas suffisamment en forme pour entreprendre quoique ce soit et puis les années ont passé.. Je me suis retrouvé parfois sur les circuits mais je n'y prenais pas beaucoup de plaisir.. Le fait « d'être de l'autre côté de la barrière » ne m'excitait pas tellement.. Si j'avais eu l'occasion d'avoir une activité intéressante dans le Motocross, cela n'aurait pas été pour me déplaire mais l'occasion ne s'est pas présentée, les circonstances de la vie ont fait que je me suis éloigné de la Moto et je n'y suis pas revenu après...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Roger De Coster est une Légende, quelle a été votre plus belle Bagarre.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Oh la la.. là tu me poses une question.. Il y a eu des courses Formidables comme en 1980 au GP d'Italie où on s'est battu quasiment jusqu'au bout pour la victoire de manche.. Il y a plein de bons souvenirs..

PREMIERMOTOCROSS : J''ai discuté par le passé avec Daniel Péan et il me disait qu''il y a quelques dizaines d'années le nombre de spectateurs lors d'un GP était impressionnant (plusieurs centaines de milliers parfois comme en Russie..).. Aujourd'hui on à peine à rassembler quelques milliers de spectateurs, qu'est-ce qui en est la raison pour toi, le prix des billets, l'intérêt des championnats, les Pilotes.. ? Est-ce que les grandes années du Motocross Mondial ne sont-elles pas derrière nous finalement.. ? 

ANDRÉ MALHERBE : Je pourrais difficilement te répondre car en Russie je n'y ai roulé qu''une seule fois.. Aujourd'hui il y a beaucoup plus de Sports que l'on peut pratiquer, de nouveaux sports naissent également tous les ans.. Les spectateurs qui allaient au Motocross sont peut-être attirés par d''autres sports aujourd'hui, le prix des billets est certainement plus élevé aussi.. Si on y va en famille et en incluant la nourriture achetée sur place, le budget est important.. C'est vrai qu'il n''était pas rare de voir un peu partout à mon époque 30 à 40 000 personnes sur un GP, ce sont des choses qu''on ne voit plus ou qui arrivent très rarement.. La crise économique joue certainement un rôle important surtout pour les jeunes Pilotes qui veulent commencer, les Motos sont très chères, l''entretien des Motos coûte cher, les voyages aussi.. Aujourd'hui, quand il m''arrive de discuter avec de jeunes Pilotes en Belgique, je me rends compte qu'il n'y a pas beaucoup de courses, pas beaucoup de catégories, et plus beaucoup de Pilotes.. Moi je me souviens quand j'avais 16-17 ans en junior, on était 150.. Il y a avait le Junior 250, le 500 pareil pour les seniors et aussi pour les Inters.. Toutes les catégories étaient complètes, il y avait parfois même « trop » de Pilotes.. Aujourd'hui, il reste une catégorie et ils sont 30 derrière la grille de départ..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Est-il normal pour Toi qu''un Team ou un Pilote soit dans l'obligation de payer pour participer au championnat du Monde (les fameux 10 000 demandés par Youthstream aux Teams/Pilotes....) ?

ANDRÉ MALHERBE : Lorsqu'il m''arrive daller sur une course d'un championnat il y a deux choses que je regrette : la première c''est que 30 Pilotes derrière la grille c'est peu, ensuite nous avions 1000 francs suisses pour les déplacements donc celui qui voulait partir avec son camion ou sa caravane il était sûr d'avoir un peu d'argent, s'il se qualifiait il touchait encore un peu d'argent.. Aujourd'hui, demander 10 000 c'est un peu cher pour engager un Pilote et en plus je crois savoir qu'ils n'ont même pas de prix à l'arrivée.. Je ne trouve pas ça très normal, ce n'est pas logique.. C'est un peu dur comme règlement, ce n'est pas fait pour promouvoir le Sport et attirer de jeunes Pilotes et de jeunes Teams.. Faire fonctionner un Team coûte extrêmement cher ne serait-ce qu'au niveau du matériel, il y a les déplacements à prendre en compte et la crise économique aidant, les sponsors se font de plus en plus rare.. À notre époque ce n''était pas du tout dans la mentalité de payer pour rouler, c'était plutôt l'inverse à savoir l'organisateur qui donnait des primes pour nous faire rouler, c'était différent..

PREMIERMOTOCROSS : Aujourd'hui les écologistes sont très/trop présents et montrent une forte opposition aux sports Moto Tout-Terrains, est-ce que ce sont pas eux finalement la plus grande menace.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Oui je pense que ça fait partie des menaces.. C'est valable pour les autres sports comme le Rallye Auto. . Je ne pense pas que le Motocross soit un Sport « moins écologique que les autres Sports mécaniques », le problème c'est que de nos jours la mode est tellement basée sur l'écologie , tout ça veut tout dire et ne rien dire car quand on va voir un concert d'un grand groupe où il y a 70 ou 80 000 personnes par exemple qui se sont déplacés, cela génére aussi beaucoup de pollution.. Je suis bien entendu pour le fait de réduire au maximum les émissions de gaz carbonique.. Il est vrai que lorsque on rassemble le nombre de tears-off qui peut-être jeté sur une compétition durant un week-end, et si on multiplie ça à la planète, cela représente un problème important..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Aujourd'hui les machines sont plus performantes qu'il y a 10 ans et c'est comme ça chaque année, elles vont plus vite aussi, est-ce que pour Toi rouler un GP 500 des grandes années était plus ou moins dangereux que de participer à un GP 450 en 2011.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Je pense que la dangerosité vient surtout de la manière dont sont tracé les circuits, surtout avec tous ces sauts artificiels qu'on crée, des doubles des triples.. C'est vrai que c'est intéressant mais il ne faut pas faire derreur.. Mise à part ça, non je ne pense pas que ce soit plus dangereux.. Nos 500 cc étaient des Machines puissantes, violantes, elles étaient à manier avec beaucoup de délicatesse.. Il fallait savoir les tenir..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Très peu de Pilotes Professionnels portent, en le faisant voir aux plus jeunes , des protections de types pare-pierres ou dorsales, trouves-tu ça normal.. ? Est-ce qu'un pare-pierres gêne vraiment autant que ça lorsqu'on roule à très haut niveau.. ??

ANDRÉ MALHERBE : C'est un choix.. Moi le pare-pierres, je le portais toujours en dessous, la première des raisons était qu'il fallait qu'on voit le maillot pour les sponsors, un gros pare-pierres par dessus le maillot je n'aimais pas parce que c'était encombrant, ça te limite un peu dans ta liberté de mouvements, c'est lourd, donc il y a quand même quelques inconvénients.. Je ne pense pas qu'à notre époque on n'était mieux protégé en mettant un gros pare-pierres par dessus le maillot.. Maintenant la protection des cervicales cela n'existait pas, je ne sais pas si c'est efficace.. Je ne sais pas également si ce matériel ne gêne pas lorsqu'on le porte, cela a l'air un peu encombrant comme système..

PREMIERMOTOCROSS : Au niveau des «Révolutions Technologiques » en matière d'équipement typés Motocross nous avons eu ces dernières années la Nouvelle Botte Scott, de meilleures dorsales et la Leatt Brace (protection de tour de coup..), un système d'air bags dorsaux est en préparation pour la vitesse, n'est-ce pas peu au regard de la dangerosité de ce Sport.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Ce n'est pas évident techniquement de créer quelque chose qui soit facile à porter et ultra protecteur.. Les bottes par exemple doivent rester souples afin de conserver une certaine sensibilité, si on a des bottes extrêmement rigides comme des chaussures de ski par exemple on a certes la cheville hyper bien protégée, mais au niveau du feeling et des sensations cela va être beaucoup plus compliqué.. Les bottes en cuir comme moi je les ai connues protégeaient assez bien.. Si on bloque trop la cheville c'est le genou qui prend, c'est le problème qu'ont tous les skieurs, ils ne se font pas mal à la cheville mais se font tous les ligaments croisés antérieurs, je ne sais pas si c'est une meilleure solution..

PREMIERMOTOCROSS : Le Motocross est et restera un Sport à risques pour Toi.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Oui cela restera un Sport dangereux.. on ne peut pas tout empêcher avec du nouveau matériel..

PREMIERMOTOCROSS : Comment revient-on d'une blessure, quel est le travail à fournir, repart-on de zéro au niveau des acquis, et revient-on plus fort.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Tout dépend de la gravité de la blessure et des séquelles.. Quand on se casse un tibia ou un péroné et qu'on a « la chance » que la cicatrisation se fasse normalement sans séquelles, là ça ne pose pas trop de problèmes, on peut assez vite retrouver la confiance pour oser remettre la jambe comme on la mettait avant.. Je me suis cassé la jambe au Grand Prix des Etats-Unis en 1982 tout ça sans chuter, en posant le pied à terre, je me suis fracturé le tibia, j'ai simplement posé le pied dans une ornière le pied est resté coincé et la Moto a continuer à avancer, le genou s'est tordu et ça m'a fracturé le tibia.. Opération, quelques vis, 3 mois d'immobilisation et tout est rentré dans l'ordre, la jambe avait parfaitement cicatrisée, j'ai dû faire de la rééducation mais je n'ai pas eu de séquelles.. Il vaut mieux une bonne fracture osseuse que des ligaments touchés.. Les ligaments lorsqu'ils sont déchirés ,on le voit dans le football par exemple, rendent un sportif plus fragile à ce niveau.. Quand on ne sait pas ce que c'est que d'avoir mal, il n'y pas trop d'appréhensions de ce côté là, maintenant lorsqu'on sait ce que c'est que d'avoir mal et le travail a fournir pour revenir à niveau et la douleur parfois que ça apporte, on réfléchit plus qu'avant.. Ca laisse des traces de toutes façons.. On ne repart pas à zéro comme si on n'avait jamais roulé à Moto mais il y a un travail énorme à fournir pour revenir..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Tu respectes beaucoup Hakan Carlqvist, qui roulait quand même avec un style « Bucheronnesque », aujourd'hui nous avons Ken De Dycker qui gagne parfois et possède lui aussi un style peu « académique ».. Peut-on pour Toi en 2011 toujours gagner un championnat sans être fluide et stylé.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Sur le plan de la consommation d'énergie quand on a un style à « la De Dycker » on consomme énormément donc physiquement c'est beaucoup plus fatiguant.. Je pense aussi qu'on s'expose plus à des problèmes physiques.. De Dycker roule beaucoup assis et dans cette configuration le dos encaisse pas mal donc fatalement on aura plus vite des soucis.. Maintenant De Dycker il est des fois extrêmement rapide dans une manche et dans la suivante il va être « absent ».. Je pense que son problème c'est surtout au niveau de la régularité, mais un Pilote comme lui si il est constant dans ses résultats peut devenir Champion du Monde en 2011.. Tout en sachant encore une fois qu'il s'expose plus qu'un Pilote fluide qui dépensera moins d'énergie.. Un Pilote comme Carmichael était souvent limite au niveau de son Pilotage mais arrivait toujours à se rattraper parce qu'il avait une condition physique irréprochable..

PREMIERMOTOCROSS : Parlons dopage.. Aujourd'hui si on écoute les différentes instances du Motocross Mondial il n'y jamais eu de dopage avéré en Motocross, quel est ton avis sur la question.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Déjà moi je n'ai jamais vu un seul contrôle anti-dopage en Motocross durant ma période.. Si certains voulaient le faire ils pouvaient car il n'y avaient donc pas de contrôles.. Quelques fois j'ai eu des doutes par rapport à un Pilote mais je pense que majoritairement à mon époque c'était une minorité.. Toutefois c'est vrai qu'aujourd'hui avec tous les produits qui existent la tentation peut-être grande de franchir le pas..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : La Belgique reste encore aujourd'hui une pépinière de Talents (Everts, Desalle etc..) en Motocross, comment expliques-tu cela, est-ce « culturel » pour Toi.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Je pense que le Motocross en Belgique et de longue date depuis les années '50 a toujours été très populaire.. C'est un pays qui a toujours organisé beaucoup de compétitions, fatalement comme il y avait de bons Pilotes en Belgique les autres Pilotes venaient s'entraîner et rouler ici pour se confronter aux Meilleurs.. Le grand nombre de courses organisées aidait aussi à la progression du niveau des Pilotes.. Aujourd'hui il y a toujours de très bons Pilotes mais beaucoup moins qu'avant.. Le jeune allemand Ken Roczen est un futur tout Bon..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Quand on a été Multiple Champion du Monde comment gère-t-on l'arrêt de sa carrière, n'as tu jamais eu envie de revenir après avoir annoncé la fin de ta Carrière.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Moi je me suis arrêté en 1986, en 1985 et 1986 je termine Vice-Champion du Monde lors d'une bagarre avec Dave Thorpe jusqu'à la dernière manche, le troisième est à plus de 100 points derrière, il était donc certain que j'étais toujours compétitif au niveau du physique pour 1987 mais j'ai décidé d'arrêter.. Au bout d'un certain temps, une certaine lassitude survient.. J'avais envie de faire autre chose comme la course automobile puisqu'en 1987 j'ai fait le championnat de France de Formule 3, j'avais d'autres ambitions, c'était donc facile..

PREMIERMOTOCROSS : Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui aimerait devenir un jour Champion du Monde.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Le plus important c'est d'Aimer ce qu'on fait et d'y prendre du Plaisir.. De le faire avec beaucoup de rigueur et de travailler dur..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Aujourd'hui quelle est ta philosophie de vie, tes phrases ou idées clefs qui te font avancer.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Aujourd'hui, je souhaite profiter de tous les instants, c'est une chose importante.. La vie en chaise est un peu plus compliquée que lorsqu'on est sur des jambes, les loisirs sont plus restreints.. Ne pas se prendre la tête pour rien, ne pas passer son temps à se plaindre comme je vois certains le faire parce qu'il ont une petite écorchure quelque part.. Être cool..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIERMOTOCROSS : Restes-tu confiant en l'avenir et la technologie pour ce qui est de ton cas et gardes-tu l'espoir dans un coin de ta tête de remarcher à nouveau un jour.. ?

ANDRE MALHERBE : Je ne vis pas avec cet espoir là, comme je t'ai dit je ne veux pas me prendre la tête, mon handicap je le vis très bien et je ne veux pas me lever tous les matins en attendant des nouvelles de ce côté-là.. Je crois en la technologie et la science et par exemple la greffe de cellules souches, je pense que la science trouvera les moyens de guérir les lésions comme la mienne, est-ce que ce sera dans 10, 20 ans je ne sais pas..

PREMIERMOTOCROSS : Si tu pouvais résumer le Mot « Motocross » tu le ferais de quelle manière.. ?

ANDRÉ MALHERBE : Ma vie et beaucoup de Plaisir.. Grâce au Motocross j'ai vécu une vie pleine d'enthousiasme et j'ai rencontré des gens formidables.. Le Sport m'a aidé à grandir.. Pour moi c'est un Sport formidable.. Je suis aussi touché par tous les témoignages de sympathie que je reçois régulièrement..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

André Malherbe en chiffres :

Champion du monde 125 cm3 en 1973

Champion du monde 500 cm3 en 1980, 1981, 1984 sur Honda 500 CR

Vice champion du monde 500 cm3 en 1983, 1985, 1986 sur Honda 500 CR

Motocross des nations 1977, 1979, 1980

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MERCI à ANDRE MALHERBE ET à PREMIER

MOTOCROSS POUR CET EXCELLENT

INTERVIEW d'un GENIE DU MOTOCROSS !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOICI UN AUTRE LIEN AVEC UN TRES BON

SITE " MOTOR SPORT RETRO" QUI CONSACRE

AUSSI UN INTERVIEW DE ANDRE MALHERBE

ACCOMPAGNE D'UNE SUPERBE GALERIE DE

PHOTOS

Pour le voir cliquez ici et cliquez sur les photos pour les faire défiler !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TRAGIQUE ACCIDENT SUR LE PARIS - DAKAR !

ANDRE en sortira avec de terribles conséquences 

Paris - Dakar 88 : dramatique chute d'André Malherbe

C'est un team Sonauto Yamaha des plus forts qui est au départ de cette 10e édition du Paris-Dakar, avec les pilotes expérimentés que sont Jean-Claude Olivier et Thierry Charbonnier, le talentueux crossman - multiple champion du monde - André Malherbe, et le jeune et déjà doué Stéphane Peterhansel.
 Le 5 janvier au soir, les pilotes Sonauto Yamaha sont bien classés, entre la 6e et la 15e places, au général. Le lendemain, André Malherbe 9e - une excellente performance pour un premier Dakar - part de Borj Omar Driss pour rallier Tamanrasset, en compagnie de JCO. Les deux hommes s'égarent hors piste, s'en rendent compte... Cherchent la bonne piste... La retrouvent... Et sont soulagés.

André met un peu de gaz mais, piégé par des vaguelettes de sable, chute. La vitesse lors de sa chute n'est pas très élevée, mais André est dramatiquement touché (il restera tétraplégique).

JCO reste avec Malherbe en attendant les secours, pour qu'il soit évacué par hélicoptère vers l'hôpital puis rapatrié sanitaire sur Paris. La carrière d'un formidable champion vient d'être stoppée. JCO, profondément marqué, a envie d'abandonner. Dégoût, tristesse, rage, sentiment d'injustice s'entremêlent dans son esprit, mais pendant cette heure et demie passée à côté de Malherbe, il lui a fait une promesse, à sa demande, celle de continuer la course et d'aller jusqu'à Dakar, pour lui, pour le sport... "The show must go on", et JCO continue.

Étape après étape, spéciale après spéciale, il gagne des places, même si le coeur n'y est pas. En digne compétiteur et pour honorer sa parole, JCO roule, attaque et se fait, deux jours avant la fin du rallye, à son tour piéger : poignet cassé. JCO continue cependant, malgré cette blessure, pour respecter sa parole et parvient à Dakar à la septième place du général.

Sur ce classement brillant, mais au goût amer, premier pilote du team, JCO décide de se  encore plus au développement de Sonauto Yamaha, et de ne plus participer au Paris-Dakar... Afin de respecter une nouvelle promesse, mais cette fois faite à son épouse.

 

 

POUR TERMINER NOTRE CLIN D'OEIL A CE

GRAND CHAMPION, QUELQUES PHOTOS EN

"VRAC" :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

                              

LES DEBUTS EN 1974

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENCORE UNE FOIS EN 1974 ! Malgré les nombreux

succès, il ne savait pas encore qu'il allait marquer

l'Histoire du Motocross en devenant le grand

   Champion qu'il aura été et                                          

qu'il restera pour l'éternité ...........!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                   

EN PLEINE CONVERSATION......

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EN PLEINE CONVERSATION AVEC UN AUTRE

GRAND MONSIEUR DU MOTOCROSS MONDIAL :

HEIKKI MIKKOLA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BELLE DOUBLE PHOTO DEDICACEE, DE ANDRE

MALHERBE ET DAVE THORPE, PARTENAIRES DU TEAM

HONDA HRC AU GP du LUXEMBOURG en 1985 !
 

UNE BELLE TRANCHE D'HISTOIRE DU MOTOCROSS

MONDIAL ICI REPRESENTEE ! DEUX STARS DU

MOTOCROSS A TOUT JAMAIS !!!


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TERRIBLE CONFRONTATION, ICI AVEC UN

AUTRE GRAND CHAMPION QUE J'APPRECIE

    TOUT PARTICULIEREMENT :                                

DANNY LAPORTE / USA -                                        

ICI A GAILLEFONTAINE EN JUIN 1984

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENCORE UN GROS BASTON, AVEC UN AUTRE

GRAND NOM : GERRIT WOLSINK


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 


POUR TERMINER

CETTE BELLE PAGE, QUELQUES PHOTOS DE

ANDRE DEVANT SA HONDA D'USINE HRC, ET

AVEC DES AMIS !!!



 

 

 

 

 

 

 

 

Nos partenaires
  • LIVIA LANCELOT #114
  • TM RACING
  • Monster Girls MX
  • TCB BIKES
  • Minerva Oil
  • AVENTURES HORIZON  SARDEGNA