MOTOCROSS VINTAGE
Rechercher :
Les visites de notre site :
Nombre de visites totales : 427400
Nombre de visiteurs en ligne : 3
Dernière connexion : 26/05/2019 à 13:16:15

100 ANS DE MOTOCROSS, selon Marc Petrier

  • GP250-1964komp_750
  • 0000000000000000LIVIALANCELOT_350
  • be44041e94
  • 71ac463a9a
  • 1977moiseevkavinov
  • 111_ROGER_DE_COSTER
  • 394fa46954
  • ARBEKOV___PUB_VODKA
  • 111__RENE_BEATEN
  • 59ee48715a
  • 111_VICTOR__LELOUP

L'HISTOIRE DU

MOTOCROSS EN 100 ANS

SELON MARC PETRIER :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARTICLE AU COMBIEN PASSIONNANT

ET INTERESSANT !!!

UN BREF CONDENSE QUI NOUS

RACONTE SI BIEN L'EVOLUTION DU

MOTOCROSS article relevé sur

l'excellent site www.fim-live.com!!!!!!

Les premières courses ressemblant à du Motocross ont lieu en Grande-Bretagne pendant les années 1920, lorsque les premiers « scrambles » sont organisées, différents du Trial (franchissement d'obstacles) et de la Régularité: l'idée est la vitesse en tout terrain, le vainqueur étant simplement le premier arrivé, comme en Courses sur Route, la différence tenant non pas vraiment dans la nature du sol (le goudron n'était pas encore posé sur toutes les routes), mais dans les ondulations du terrain. La première manifestation connue se déroula dans le Surrey en 1924. L'appellation Motocross � mélange de moto et de cross-country, d'origine belge � viendra plus tard. Une fois la Seconde Guerre Mondiale passée le sport commence à grandir du niveau national au niveau international avec la toute première manifestation par équipe connue sous le nom de Motocross des Nations, disputée avec des machines de 500cc et organisée en 1947 aux Pays-Bas. Quoique le pilote belge Auguste Mingels soit le vainqueur individuel, c'est la classification par équipe qui prévaut et la Grande-Bretagne remporte le premier Trophée. A partir de là cette manifestation a lieu régulièrement chaque année.

    Auguste MINGELS

Au début de années 50, les courses de Motocross individuel se multiplient très vite, dans plusieurs pays. Cela mène la FIM à introduire un Championnat d'Europe en 1952. Le sujet figurait à l'ordre du jour depuis quelques années : la Fédération belge avait fait une première proposition au Congrès de Milan à la fin novembre 1950. Après une longue discussion, il fut décidé�de reporter la décision à l'année suivante à Paris. Il fut alors décidé qu'en 1952 quatre courses compteraient pour le Championnat (d'Europe), qu'il n'y aurait pas de classement constructeurs (il n'apparaîtra qu'en 1969), que la longueur minimum de la course devait être de 40 km s'il y avait une séance de qualification et de 45 km s'il n'y en avait pas. La cylindrée maximum serait de 500cc.

              Victor LELOUP

La série compte des manifestations à Imola (Italie), Dodington Park (Grande-Bretagne), Namur (Belgique), Ettelbruck (Luxembourg), Saxtorp (Suède) et Montreuil (France). Les quatre meilleurs résultats sont pris en considération. Chaque manifestation compte deux manches et une finale, le classement suivant la même échelle de points que les Courses sur Route (8, 6, 4, 3, 2, 1). Le vainqueur est le Belge Victor Leloup au guidon d'une FN. Il est suivi de son compatriote Auguste Mingels, du pilote britannique John Avery et de deux autres belges, Marcel Cox et Nic Jansen. Il vaut la peine de noter que certains rapports mentionnent la présence lors de l'étape britannique d'un pilote américain, un certain Bud Ekins...                                                              

   Auguste MINGELS

Auguste MINGELS remporte ce Championnat d'Europe en 1953 et 1954, également au guidon d'une moto belge FN, devant un autre belge, René Baeten. Le nombre d'épreuves passe de 6 à 8 (cinq prises en compte). Les coureurs britanniques sont censés se battre pour le titre, puisqu'ils dominent le Motocross des Nations � John Draper et Leslie Archer, entre autres. Mais un autre pays arrive au sommet du Motocross � tant en individuel que par équipe : la Suède. Bill Nilsson gagne son premier Motocross en 1954 dans son pays. En 1955 c'est au tour de John Draper de remporter le titre, pilotant une BSA, avec deux victoires seulement mais une performance régulière au long de la saison. Il est suivi par Leslie Archer (Norton) en 1956, vainqueur de quatre Grands Prix sur neuf, devant John Draper et Nic Jansen, puis deux suédois, Sten Lundin et Bill Nilsson. A la fin de la saison, la FIM décide de relever le statut du Championnat 500cc d'européen en mondial, et de faire des manifestations de 250cc une Coupe d'Europe dès l'année suivante.

   René BEATEN

Du Championnat d'Europe au Championnat du Monde Le vainqueur de 1957 du premier Championnat du Monde de Motocross est le suédois Bill Nilsson sur AJS. Cela annonce une période durant laquelle trois nations vont dominer le Motocross. La Grande-Bretagne, la Belgique et la Suède. La première Coupe d'Europe pour motos de 250cc est créée pour répondre à l'engouement du public pour cette discipline en pleine croissance. Cette Coupe ne dure que deux ans, la première remportée par le pilote allemand Fritz Betzelbacher (Maïco) et la seconde par le Tchèque Jaromir Cizek (Jawa), avant de devenir un Championnat d'Europe en 1959.

Le pilote belge René Baeten (FN) remporte finalement le Championnat du Monde 500cc en 1958, après deux places de vice-champion. Les pilotes suédois au guidon de machines fabriquées en Suède font le doublé en 1959 : Sten Lundin sur une Monark en 500cc et Rolf Tibblin sur une Husqvarna en 250cc. En 1960, Bill Nilsson (Husqvarna) est de retour au sommet en 500cc tandis qu'en 250cc l'anglais Dave Bickers emmène la Greeves deux temps à la victoire ce qu'il répéte en 1961, alors que Sten Lundin � cette fois sur une Lito (également une machine suédoise) - reprend le titre mondial 500. En cette année 1961 se déroule pour la première fois le Trophée des Nations (avec des motos 250cc), et en 1962 la classe 250cc devient un Championnat du Monde. Le premier Champion du Monde 250cc est comme en 500cc en 1957 encore un suédois, le légendaire Torsten Hallman et sa Husqvarna. Il remporte le titre deux années consécutives, alors que son compatriote Rolf Tibblin enlève les deux titres 500cc, également sur une Husqvarna. La Grande-Bretagne réussit à sauver le Trophée des Nations en 62 et le Motocross des Nations en 1963 de la domination suédoise. Mais en 1964 les choses changent. Un talent grandissant sur la scène du Motocross éclate d'un coup au premier plan : un jeune belge, Joel Robert, pilote sa CZ vers la victoire en remportant le premier de six titres mondiaux  un record qui ne sera battu qu'en 2002. En 500cc, le dernier sursaut britannique en la personne de Jeff Smith et sa BSA ramène les titres de 64  soufflant le titre à Tibblin lors de l'ultime épreuve de la saison, et de 65  devant un certain Paul Friedrichs qui allait bientôt faire parler de lui, mais c'est une sorte de chant du cygne pour les représentants de l'ex Empire britannique. Les machines anglaises à moteur 4 temps, lourdes, conçues à l'origine pour la route, vont céder le pas définitivement  et les pilotes avec elles.

Belle Publicité de Victor ARBEKOV, le premier représentant de l'ex URSS à remporter un titre Mondial, un pilote talentueux et qui représente aussi une page de l'histoire du Motocross, il pose ci-dessous pour une célèbre marque de VODKA RUSSE ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En politique, le milieu des années 60 est une sorte de sommet de la guerre froide, et en sport il y a une sorte de confrontation de prestige entre sportifs des pays de l'Ouest et de l'Est. Le premier pilote d'un pays de l'Est à devenir Champion du Monde en moto est un pilote russe ou plutôt soviétique, à l'époque, jusqu'en 1989. Viktor Arbekov, pilotant une CZ d'usine, remporte le Championnat, ce qui est une certaine surprise, devant Joel Robert et Dave Bickers. Puis Torsten Hallman réplique par deux fois et prend les titres 66 et 67 juste devant Joel Robert. Mais le temps du Belge arrive Robert va gagner cinq titres 250cc d'affilée jusqu'en 1972, l'année de la naissance de son compatriote Stefan Everts, l'homme qui battra tous les records 30 ans plus tard. 

La domination de Joel Robert est totale jusqu'en 1972, exactement comme celle de Giacomo Agostini à la même époque en Grands Prix de vitesse....

En 500cc, l'Allemand de l'Est Paul Friedrichs, également pilote officiel CZ, conquiert trois titres consécutifs (66, 67 et 68). Un autre belge se profile à l'horizon, qui va aussi faire parler de lui, et ce jusqu'à aujourd'hui :

      Roger de Coster.

En 1968, le pilote suédois Olle Petterson est le premier à rouler en Championnat du Monde avec une toute nouvelle machine en 250cc. Après avoir envahi les Grands Prix de vitesse, les constructeurs japonais préparent leur débarquement en Motocross. Suzuki, devancé par Honda et Yamaha en vitesse, est cette fois-ci le premier à entrer en scène. Les meilleurs résultats de Petterson sont deux secondes places, en Belgique derrière Sylvain Geboers, et aux Pays-Bas derrière Joel Robert. C'est le premier signal de l'invasion. En 1969 Petterson est encore le seul en 250cc et il finit troisième derrière Joel Robert et Sylvain Geboers tous deux encore pilotes officiels CZ. Mais c'est le tournant. En 1970 il y a trois motos jaunes en 250cc Joel Robert est le premier Champion du Monde de Motocross sur une machine japonaise, Sylvain Geboers est deuxième, ils ont quatre victoires chacun. Roger de Coster, encore sur CZ, termine 3ème devant le finlandais Heikki Mikkola sur Husqvarna. La troisième Suzuki, servant de mise au point aux mains de Petterson, finit septième. En 500cc, les Suédois  pilotes et motos - dominent encore : Aberg gagne son deuxième titre devant Kring et Jonsson, Hammargren est cinquième, tous roulent sur Husqvarna, bien sur. En 250cc, Joel Robert engrange encore deux titres avec sa facilité habituelle � les deux fois devant Hakan Andersson et Sylvain Geboers. En août 1972, après quatre victoires consécutives en 250cc qui lui assurent le titre, il participe au Grand Prix de Belgique 500cc à Namur, et se tord le genou. C'est la fin d'une brillante carrière, Joel ne gagnera plus de course ni de titre comme pilote. Bien des années plus tard il sera le team manager d'une équipe belge de retour au sommet du Motocross des Nations, mais cela est une autre histoire ROGER DE COSTER La Suzuki 500cc arrive en 1971 dans les mains de Roger de Coster, qui remporte le premier de ses cinq titres une série interrompue seulement en 1974 par le « Finlandais volant » Heikki Mikkola et sa Husqvarna. En 71 le Vice-Champion, le plus coriace adversaire, est Ake Jonsson sur la Husqvarna, mais en 1972 De Coster termine loin devant le vétéran Paul Friedrichs, toujours au guidon d'une CZ. La première Yamaha est en piste, le pilote est un autre belge, le « grand » Jaak Van Velthoven.

En 1973 quelques changements sont effectués aux règlements notamment l'instauration d'un poids minimum des motos et les deux manches comptant des points au Championnat, au lieu d'un seul résultat. En 500cc, Roger de Coster est toujours le seul au guidon d'une Suzuki pour son troisième titre, alors que Yamaha met à disposition sa machine de grande cylindrée à plusieurs pilotes, comme le font Husqvarna, Maïco, CZ. Il y a une Kawasaki au classement, pilotée par un américain, un certain Brad Lackey.

En 250cc, Yamaha passe à l'attaque avec son YZ 250 équipée d'une suspension arrière de type Cantilever, que le suédois Hakan Andersson emmène vers son premier titre. L'allemand Adolf Weil, sur la Maïco, lui donne du fil à retordre, il bat même Mikkola pour la seconde place. Le suédois Thorleif Hansen emmène la nouvelle Kawasaki à la quatrième place, devant un trio de pilotes qui deviendront connus pour différentes raisons : le soviétique Guennady Moisseev (KTM), le tchèque Jaroslav Falta (CZ) et l'américain Jim Pomeroy (Bultaco).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUPERBE POSTER dédicacé par Gennady Moïssev et Vladimir Kavinov

En 1974, Heikki Mikkola passe en 500c et réussit son pari : en trois Grands Prix il remporte cinq manches contre une seule pour Roger de Coster. Le Finlandais maintiendra son avance jusqu'au bout. Une deuxième Suzuki arrive enfin, pour le hollandais Gerrit Wolsink, qui termine quatrième, battu par Adolf Weil. En 250cc, la bagarre entre Moisseev, Falta et Harry Everts se termine avec le titre pour le Russe, Falta ayant été pénalisé d'une minute après l'arrivée de la deuxième manche du dernier Grand Prix départ anticipé.

En 1973, la classe 125cc est lancée en tant que Championnat d'Europe, et remportée deux fois de suite par le belge André Malherbe sur une Zündapp. En 1975, la classe devient un Championnat du Monde et une chasse gardée de Suzuki et pratiquement des pilotes belges. Suzuki devient la première marque championne dans les trois classes solo et aligne dix titres consécutifs en 125. Gaston Rahier remporte les trois premiers, puis le japonais Akira Watanabe un, Harry Everts trois le dernier, en 1981, Eric Geboers deux et enfin Michele Rinaldi un, avant que finalement le finlandais Pekka Vehkonen n'arrive au titre au guidon d'une Cagiva en 1985.

En 1975 les deux autres titres vont également à des pilotes belges : Roger de Coster récupère son titre en 500cc, et la 250cc va finalement à Harry Everts, pilotant une Puch, devant la Yamaha d'Andersson. Heikki Mikkola, ayant échoué dans sa deuxième tentative de conquête du titre 500cc, retourne en 250cc en 1976 et bat Moisseev alors qu'en 500cc De Coster et Wolsink font le doublé, le Belge battant le Hollandais pour quelques petits points. L'année suivante, Mikkola remonte en 500cc et cette fois-ci, au guidon d'une Yamaha, réussit à battre De Coster et Wolsink, alors qu'en quatrième position apparaît Brad Lackey sur une Honda. En 250cc Guennady Moisseev remporte son second titre, cette fois sans aucune discussion, devant Kavinov et Malherbe : c'est un triplé KTM. En 1978, Moisseev récidive et enlève son troisième titre mondial 250cc, au bout d'une longue bataille avec Thorleif Hansen. Au GP des Etats-Unis, les pilotes locaux commencent à gagner régulièrement, le motocross américain progresse...En 500cc Mikkola conquiert son troisième titre, loin devant Lackey et De Coster. Arrive la saison 1979. En 250cc, le Suédois Hakan Carlqvist, sur Husqvarna, prend le titre alors qu'en 500, Honda arrive finalement avec de grands moyens : Graham Noyce et André Malherbe sont pilotes officiels, chargés de remporter le titre, face à Wolsink et De Coster (Suzuki), Lackey (Kawasaki) et Mikkola (Yamaha). Pari gagnant : Noyce gagne le titre mais la bataille a été rude. La classe 500cc focalise l'attention de tous, les usines investissent de plus en plus, mais pour combien de temps ?

Années 80 : le tournant :

Le Motocross se développe en flèche, les constructeurs sont présents en masse, non seulement en 500 mais aussi dans les autres classes, surtout Suzuki. Malherbe (80, 81 et 84), Lackey (82), Carlqvist (83), remportent les titres qui aujourd'hui paraissent d'une époque dorée mais révolue. 

 Pourtant, en 250cc, un jeune Georges Jobé prend le titre en 1980. Tout le monde prédit un grand avenir, mais des blessures le gênent lors des deux saisons suivantes perdues face à l'anglais Neil Hudson en 81, puis à l'américain Danny Laporte en 82, qui est le premier américain titré, une semaine avant Brad Lackey en 500. En 83 Jobé récupère le titre 250 et passe en 500 .

Fin 1983, un coup de tonnerre ébranle le monde du Motocross : Suzuki annonce son retrait de la 500cc, les autres réduisent leur budget. Les meilleurs pilotes réussissent à trouver un guidon, mais le ton est donné. L'anglais Dave Thorpe complète un team Honda pléthorique. De 1985 à 1992, la marque gagne tous les titres. Thorpe et Georges Jobé en remportent trois chacun. Eric Geboers en gagne deux, et il est le premier à être Champion du Monde dans les trois classes solos, après son titre 250 en 1987 : on l'appelle Mr 875. En 250cc, l'autrichien Heinz Kinigadner par deux fois prend le titre 250cc pour KTM, en 84 et 85, suivi du français Jacky Vimond, d'Eric Geboers que l'on vient de citer, puis John Van de Berk et Jean-Michel Bayle, chacun avec un titre en 125cc, puis un autre en 250cc. Suivent Trampas Parker et Donnie Schmitt en 125cc, puis en 250cc, et l'italien Alessandro Puzar en 250cc puis en 1995 en 125cc après le néerlandais Pedro Tragter et l'américain Bob Moore. Mais, au début des années 90, le déclin de la classe 500cc s'accentue. Les constructeurs concentrent de plus en plus leurs investissements (réduits) sur la classe 250cc (sauf peut-être les européens), et la 250cc devient le top : tous les premiers pilotes au classement sont des pilotes soutenus par les usines. Les années 90 dans le monde du Motocross commencent par le premier titre de la carrière de Stefan Everts, en 125cc en 1991. Il est suivi du sud-africain Greg Albertyn qui prend un titre en 125cc, puis deux en 250cc. Ensuite Stefan Everts commence sa série de titres en 250cc en remportant trois couronnes consécutives (95, 96 et 97). Le pilote français Sébastien Tortelli passe également par le Championnat du Monde 125 qu'il remporte en 1996 avant de gagner en 250cc en 1998. Son compatriote Frédéric Bolley lui succède en 1999 et 2000, gagnant deux titres consécutifs. Les pilotes français sont en grande forme puisque Mickael Pichon remporte les deux titres suivants en 250cc, en 2001 et 2002, alors que l'italien Alessio « Chicco » Chiodi domine le Championnat 125cc pendant trois années consécutives, de 1997 à 1999, suivi à partir de 2000 successivement par le sud-africain Grant Langston, le britannique Jamie Dobb et le français Mickael Maschio.

Vu le manque d'intérêt des usines japonaises pour la classe 500cc, c'est le moment pour les marques européennes de prendre le relais : Jacky Martens est le premier à remporter un titre 500cc au guidon d'une machine 4 temps (Husqvarna) depuis Jeff Smith et sa BSA en 1965. Dans cette classe, à l'exception de Marcus Hansson en 94 premier suédois devenant Champion du Monde 500cc depuis Aberg sur Honda et le néo-zélandais Shayne King en 96 sur KTM tous les Champions du Monde sont au guidon de machines 4 temps. Ce sera également le cas en 250cc et 125cc dès 2003. Dans la classe de grande cylindrée arrivent Joel Smets (trois titres sur Husaberg et deux sur KTM), Bartolini (un) et Everts (deux) sur Yamaha jusqu'en 2003.

Les quatre temps reprennent la main !

2003 est la première année dans l'histoire du Championnat du Monde de Motocross que toutes les trois classes ont des champions du Monde pilotant des machines 4 temps. En 2004 les classes changent alors d'appellation. La 125cc devient le MX2, car la plupart des machines sont des 250cc 4 temps les 125cc 2 temps sont encore autorisées. La classe 250cc est rebaptisée MX1, avec les machines 4 temps de 450cc de cylindrée aux côtés des 250cc 2 temps, alors que l'ancienne classe 500cc devient une classe Open, la MX3 avec cylindrée maximum à 650cc.

Cependant, cette décennie restera surtout

dans les mémoires pour la domination de

Stefan Everts.

 Après deux années gâchées par des blessures, le Belge ramasse quatre titres consécutifs dans la classe MX1, de 2003 à 2006, et remporte son 10ème titre mondial et sa 101ème victoire en Grand Prix lors de sa dernière année en tant que coureur professionnel, avant de se retirer et devenir chef d'équipe pour l'usine KTM en Motocross. Au bout de deux ans, le Belge commémore son premier titre en tant que team manager avec Tyla Rattray qui gagne le Championnat du Monde MX2 en 2008.

Les trois dernières saisons en MX1 voient Steve Ramon, David Philippaerts et Antonio Cairoli devenir les nouveaux Champions du Monde. En MX2 les noms de Ben Townley, Antonio Cairoli (deux fois), Christophe Pourcel, Tyla Rattray et Marvin Musquin sont sur la liste des Champions, alors qu'en MX3 ce sont Yves Demaria (trois fois), Sveb Breugelmans (deux fois) et Pierre-Alexandre Renêt qui complètent cette liste de Champions du Monde.

LIVIA LANCELOT dans son plus pur style (une place du site est par ailleurs réservée à toutes ces femmes qui méritent encore plus que l'on parle d'elles en pratiquant des sports mécaniques si exigeants physiquement) 

Enfin, près de 100 ans après les origines d'un sport devenu aussi traditionnel que le Motocross, un Championnat du Monde Féminin est venu s'ajouter en 2008 avec la première Championne du Monde, la française Livia Lancelot, suivie de l'allemande Stephanie Laier. Ce championnat avait commencé en 2005 en tant que Coupe du Monde (les vainqueurs furent Stephanie Laier en 2005 et la néo-zélandaise Katherine Prumm en 2006 et 2007), promue au statut de Championnat du Monde en 2008. En outre, une Coupe du Monde Vétérans a été créée en 2006.

Merci à Mr. Marc Pétrier 

Voici une vidéo des débuts du Motocross à Montreuil, datant de 1954  afin d'illustrer cet article ⇒ 

⇒ ici http://www.britishpathe.com/video/montreuil-mud-pie-moto-cross/query/motocross

 

 

 

 

 

 

Nos partenaires
  • LIVIA LANCELOT
  • MANTAP
  • TM RACING FRANCE
  • MINERVA OIL
  • MONSTER GIRLS
  • TCB
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK